Archives du mot-clé Mont Dol

Exemple

Restauration d’un four en terre

La terre est un matériau recyclable facile à mettre en œuvre et à réparer.
Nous avons utilisé la terre locale provenant du fond du jardin et des débris récupérés sur le chantier ; pour le bois, nous avons employé principalement du vieux bois stocké sur la ferme.

Le maître d’ouvrage, Christian a acheté les briques réfractaires de la nouvelle sole, le bois de charpente pour le four, les ardoises et les tuyaux de drainage. Les gravillons proviennent d’une carrière locale.

Les matériaux utilisés sont locaux ou de récupération.

Le projet s’est déroulé de manière participative, amis, voisins et famille sont venus donner des coups de mains, un peu de leur temps et de bonheur humeur! Grâce à cette entraide durant l’été 2012, le four a repris sa fonction à l’Automne, depuis il cuit souvent des pizzas.

article four 9aout2012

Les travaux ont porté principalement sur :
-La réparation du pignon Ouest
L’un des jambage en terre de la porte d’entrée était effondré. L’ouverture avait été mise en sécurité grâce à un étais sous le linteau et protégée de la pluie par un bardage en tôle. Nous avons réparé la maçonnerie en terre selon la technique de la bauge et remonté un nouveau linteau en bois de récupération.

-La réparation de l’enveloppe du four et de la sole
L’enveloppe en terre du four présentait 3 larges fissures verticales traversantes qui sans préjudicier à la tenue structurelle de la coupole en brique laissaient échapper la fumée (traces de suie) et donc la chaleur. Nous avons ouvert puis réparé les fissures par l’extérieur avec un mélange de terre et de foin.
Pour finir nous avons couvert le four d’un enduit lisse en terre et sable. La charpente et la couverture du four ont été changés.
Les briques de la sole étaient très dégradées. Nous les avons réparés par endroit puis nous avons posé par l’intérieur du four un assemblage de brique réfractaire sur l’ensemble de la sole.

-La réparation des murs et leur assainissement
Le niveau du sol monte au fil du temps. Ici les pieds des murs en terre se sont retrouvés peu à peu sous le niveau du jardin ! L’humidité a abîmé les pieds de murs, nous les avons dégagés, puis posé un enduit épais en terre ou des pierres ensuite nous avons installé un drainage et recouvert de gravillons.
Les tassements différentiels des fondations, les coups de vents et la pose du manteau de cheminée ont créé des fissures dans les murs en terre. Après avoir constaté que ces fissures n’étaient plus actives, nous les avons rebouchées avec de le terre et du foin.

 

Merci à Christian « Dudu », maître d’ouvrage engagé et bienveillant ;

à Aude Le Bail, architecte dplg à Bécherel pour sa participation de qualité ;

ainsi qu’à tous les amis, voisins et famille passés donner un peu de temps ou d’encouragement.