Archives du mot-clé propriétés

mise en oeuvre enduit terre

Centre ancien de Rennes

La construction et l’entretien des immeubles anciens en pans de bois et torchis s’appuient sur l’utilisation de matériaux locaux mise en œuvre par des personnes aux savoir-faire de qualité. Utilisant au mieux la complémentarité de la terre crue, du bois et des fibres naturelles végétales, ces constructions démontrent des qualités très intéressantes d’un point de vue thermique, structurel et esthétique.

Loin de l’obsolescence programmée, les édifices bien entretenus offre une durabilité exceptionnelle et une beauté source de fierté.

Il s’agit de proposer la technique de remplissage en terre chanvre pour réparer respectueusement les bâtiments anciens tout en proposant une méthode de mise en œuvre contemporaine.

Dans mon Mémoire « l’utilisation du matériau terre pour l’entretien des immeubles à pans de bois de la ville de Rennes », réalisé pour le DSA Architecture en terre du CRAterre-ENSAG, vous trouverez la présentation de la technique de réparation en terre chanvre et son utilisation sur les chantiers de réhabilitation .

Fait de bois, de fibres végétales, de terre crue et de pierre, les qualités des édifices en torchis du centre ancien de Rennes sont des exemples pour l’éco-construction!

Vous pouvez télécharger gratuitement :Mémoire DSA Terre A LE PAIH Mémoire A LE PAIH

Enregistrer

Enregistrer

DCF 1.0

L’inertie des murs en terre crue

La terre crue est un matériau à forte inertie thermique.
L’inertie thermique d’un bâtiment est sa capacité à stocker puis, à restituer la chaleur de manière diffuse. C’est-à-dire à résister aux variations thermiques extérieures, alternances de périodes chaudes et froides sur des rythmes courts (entre le jour et le nuit) et sur des périodes longues (rythmes saisonniers).

illustration Alain Mantchev

Quand l’inertie d’un bâtiment est forte, il se réchauffe et se refroidit lentement.
Lors des périodes de surchauffe (comme en été), l’inertie du bâtiment est une source de confort en permettant de maintenir des températures fraîches à l’intérieur. Pour cela, il faut protéger du rayonnement directe et ventiler la nuit les parois. On bénéficie alors d’une réserve de fraîcheur pour les heures ensoleillées.
De la même manière, l’énergie du chauffage en hiver ou des apports solaires sont emmagasinés dans les murs. Cette particularité est exploitée par les poêles de masse.

Les données de l’inertie thermique

Les propriétés nécessaires à l’inertie thermique sont la masse et la capacité thermique. L’inertie thermique s’exprime en wattheure par mettre carré Kelvin Wh/m².K

L’inertie thermique d’une paroi se calcule par l’addition de l’inertie de ces composants. I=(ρC matériau 1 x épaisseur du matériau 1)+(ρC matériau 2 x épaisseur du matériau 2)+(…)

Tableau de comparaison des performances d’inertie thermique d’une paroi de 20cm d’épaisseur

Type de matériau ρ Masse volumique du matériau en Capacité thermique ρC Épaisseur de la paroi Inertie de la paroi
Unité kg/m³ Wh/m³.K m Wh/m².K
Mur en terre crue monolithique 1770 / 1900 785 0.20 I = 157
Mur en brique de terre cuite creuse 650 / 800 202 0.20 I= 40.4
Parpaing de ciment 850 / 950 250 0.20 I= 50

Données : OLIVA, COURGEY, La conception bioclimatique, Editions Terre Vivante, 2006.
D’après ces données, les performances de la terre crue en inertie thermique sont 3 fois supérieur à celle d’un mur en brique creuse ou d’un mur en parpaing de ciment.
Ses capacités thermiques se rapprochent d’autres matériaux monolithiques tel que le béton de ciment. La valeur d’inertie est très proche voire supérieure pour le béton de ciment, car il possède des constituants très semblables mais plus dense.
La terre crue est donc l’un des matériaux qui procure le plus de confort thermique par inertie!